Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 13:54

 

Alors que pour certaines structures, il est compliqué d'acquérir un stand à Primevère en raison du coût élevé (en ce qui concerne l'association Savoirs de Terroirs, 400 € pour 6m² + 2m² offert, et de part le statut associatif, nous sommes dans les fourchettes « basses » du salon), certaines grosses structures ont beaucoup moins de difficulté quitte à laisser une certaine éthique de côté.

C'est le cas de la librairie libertaire « la Gryffe » qui occupe une surface d'environ 40m² juste à l'entrée du salon. Mais voilà dans la multitude d'ouvrages que la librairie propose (dont certains de grande qualité), leur sélection jeunesse est bien plus effrayante :
En effet après avoir passé 30 min à vérifier où étaient imprimés ces ouvrages : il en est ressorti que la très grande majorité de ces livres (ou livres jouets, livres doudou, etc...) étaient imprimés ou fabriqués en Chine, Malaisie, etc...

On peut affirmer sans trop se mouiller que les conditions de travail dans ces pays sont pour le moins obscures et que l'empreinte écologique de ces produits est infiniment plus élevé qu'un produit imprimé ou fabriqué en France.

Après avoir été sur le site de la librairie libertaire « la Gryffe » voilà ce qu'on peut lire :
« La Gryffe diffuse en particulier les productions (livres, brochures, revues, journaux, disques, K7 audio et vidéo, CD) qui proposent une critique anticapitaliste et antiautoritaire de la société et rendent compte des luttes sociales. Par ses objectifs et les engagements de ses membres, la librairie est une des composantes du mouvement libertaire, autogestionnaire et anti-autoritaire «  (http://lagryffe.net/Presentation-de-la-librairie.html).

Critique anticapitaliste et antiautoritaire de la société ??? Rendre compte des luttes sociales ??? Faites donc ce que je dis mais pas ce que je fais !

N'oublions pas non plus que le salon Primevère adhère à une charte des salons bio (http://primevere.salon.free.fr/visiteurs/pdf/charte.pdf ) et que visiblement, il y a eu donc un petit (gros ?) raté, en espérant que cela soit corrigé pour l'année prochaine.

Pour finir sur une note plus positive, n'oublions que des éditeurs, des diffuseurs et des libraires conjuguent avec réussite le coté activité commercial et le coté militant y compris dans les éditions jeunesse.

Pour exemple, les éditions « Pour pensez à l'endroit » (http://www.pourpenser.fr/) présents à Primevère (mais la librairie « la Gryffe » ne s'est pas donné la peine de les consulter pour vendre leurs ouvrages).

Pour avoir plus d'informations sur les structures autour du livre qui travaille de façon de éthique, voir :
les éditeurs écolo compatibles http://www.leseec.org/leseec/
le collectif Elahn http://elahn.eu/

Et surtout, avant d'acheter un livre, regardez où celui-ci est imprimé et faites ou non votre achat en connaissance de cause. Les éditeurs ont une responsabilité mais le consommateur aussi...

Partager cet article
Repost0

commentaires